London, ROYAUME-UNI

The Royal Academy of Music

Sièges sur mesure pour cette institution musicale publique

Architectes

Description

Figueras a été choisi pour aider à la transformation et à l’aménagement de l’iconique auditorium principal avec l’architecte Ian Ritchie, en y intégrant des exigences acoustiques très élevées.

Conçu pour les productions d’opéra et de comédie musicale, le théâtre Susan Sainsbury est situé au cœur de l’Académie royale et s’inspire des formes courbes des instruments à cordes.

Les sièges ont été personnalisés et conçus individuellement pour ce merveilleux projet. Pour obtenir les paramètres acoustiques nécessaires, le siège a été perforé et les finitions en bois et en faux cuir ont été choisies pour minimiser l’absorption acoustique. Les qualités acoustiques de la chaise ont été testées en laboratoire au cours du processus, ce qui a permis d’obtenir un son identique dans la salle, qu’elle soit pleine ou vide, comme c’est le cas lors des répétitions, mettant ainsi en évidence la vivacité de l’espace.

Nom du Projet : Royal Academy of Music
Année de développement : 2018
Pays : Royaume-Uni
Ville : Londres
Sièges installés : Fauteuil sur mesure
Capacité : 350
Segments : Made to Measure
Venues : Centres des Arts du Spectacle, Théâtres
Étude d’architecture : Ian Ritchie Architects

Sièges installés

Systèmes installés

Étude de cas

Figueras a interviewé l’architecte de cette œuvre audacieuse, Ian Ritchie, que nous sommes heureux de partager.

Quel a été le plus grand défi du projet ? Comment l’avez-vous relevé ?

Le plus grand défi consistait à créer une nouvelle salle de spectacle exceptionnelle dans le volume du théâtre existant des années 70 en forme d’éventail, sur un site situé en plein centre d’un bâtiment de l’Académie en activité, entièrement entouré de bâtiments classés Grade-I et Grade-II, dans une zone sensible à côté de Regent’s Park, au cœur de Londres. Les contraintes physiques du projet ont donc constitué le plus grand défi.

Le site très restreint, avec très peu d’espace de stockage, a nécessité une réflexion sur la préfabrication hors site de la charpente métallique et de la menuiserie dès les premières étapes de la conception. Pour les entrepreneurs, cela signifiait également une planification rigoureuse des livraisons – presque une livraison « juste à temps » des composants par une rue latérale étroite et avec une seule grue située dans la cage d’ascenseur – il n’y avait pas d’espace pour d’autres systèmes de levage. Dans les zones de construction, les sous-sols et les rez-de-chaussée inférieurs ont été particulièrement difficiles, d’autant plus que l’Académie souhaitait agrandir la fosse d’orchestre.

Quels sont les avantages et les inconvénients de la création d’un nouvel espace dans un bâtiment historique comme la Royal Academy of Music ? 

La création d’un nouveau théâtre au cœur de l’Académie royale de musique a certainement présenté des défis, notamment parce que l’Académie est restée entièrement opérationnelle pendant la construction. Il s’agissait donc d’un site vivant où 800 étudiants suivaient des cours, répétaient et se produisaient pendant que les travaux se déroulaient autour d’eux. Un programme détaillé des événements a été élaboré par l’académie avant le début des travaux, identifiant des heures, des jours ou même des semaines entières pendant lesquels aucun travail ne pouvait être entrepris pour éviter de perturber les auditions, les examens ou les représentations.

Travailler avec des bâtiments classés en général et s’occuper d’un tissu historique présente également des défis particuliers. Dans ce cas, l’enveloppe du bâtiment a été définie très tôt dans le processus de conception, car elle était dictée par les angles de vue des rues environnantes. D’un point de vue opérationnel, mais aussi acoustique, il était souhaitable de maximiser le volume intérieur et la hauteur de la tour d’envol. Mais nous savions aussi que pour avoir une chance d’obtenir un permis de construire dans un tel contexte historique, nous devions démontrer que les nouveaux ajouts resteraient totalement imperceptibles depuis le niveau de la rue.

Puis, lorsque la construction a commencé, il y a eu les inconnues. Celles-ci surviennent inévitablement lorsqu’il n’est pas possible d’effectuer des études intrusives avant le début des travaux ou lorsqu’il devient évident que le tissu existant d’un bâtiment historique ne correspond pas exactement aux dessins d’archives.

En revanche, l’opportunité de créer un nouvel espace au cœur de la Royal Academy of Music ne se présente pas tous les jours. Il était donc merveilleux de faire partie de l’histoire de cette institution de renommée mondiale, et nous espérons avoir ajouté des espaces d’une réelle qualité qui inspireront le personnel et les étudiants pour les générations à venir.

Autre point positif, le fait de travailler dans un bâtiment classé nous a permis de répondre aux caractéristiques historiques existantes et de les améliorer. Le hall d’entrée de la salle de récital en est un exemple. Accessible principalement par l’escalier principal, qui date de 1911, le nouveau hall vitré améliore les voies de circulation de l’Académie, créant un lien visuel et physique entre l’ancien et le nouveau bâtiment. Le nouveau puits de lumière révèle la façade arrière, classée Grade II, qui était auparavant cachée et dans laquelle des fenêtres maçonnées ont été rouvertes, améliorant ainsi l’ambiance de nombreuses salles de répétition dans le bâtiment existant.

Quelle atmosphère vouliez-vous créer ?

Nous ne voulions pas seulement créer une meilleure expérience pour le public, mais aussi pour les interprètes. Nos premières recherches ont porté sur la manière dont nous pouvions exploiter les qualités haptiques du bois en comprenant la structure et les formes des instruments à cordes. L’auditorium serait inévitablement le dernier « instrument » ou la dernière chambre pour le son émanant des profondeurs des chanteurs ou des instruments des musiciens. En ce sens, nous voulions que l’énergie circule naturellement de la scène et de la fosse vers le public, et que celui-ci ait l’impression d’être à l’intérieur de cette chambre musicale en même temps que les artistes.

L’aspect émotionnel et sensuel de la « vision » pour le nouveau théâtre était de parvenir à un sentiment d’intimité avec l’épopée, bien que l’auditorium soit de taille modeste. Pour créer ce sentiment d’épopée, nous avons eu l’idée de faire « exploser » le lustre, en encastrant des cristaux dans les murs au niveau des balcons et des stalles, puis en insérant et en suspendant 600 cristaux à différentes hauteurs du plafond.

Quelles sont les caractéristiques que doit posséder une salle de concert ?

Une acoustique cristalline, des lignes de vue parfaites, une chaleur intime et un sentiment général d’émerveillement. Le Susie Sainsbury Theatre a été conçu spécifiquement pour l’opéra et les comédies musicales, il était donc primordial de trouver la bonne acoustique pour l’espace. Les lignes de vue étaient également d’une importance capitale. En apprenant à connaître personnellement les artistes, on apprend comment la conception du théâtre peut affecter leur performance et combien il est important, par exemple, de trouver le bon équilibre entre le nombre de spectateurs au-dessus et au-dessous de la ligne de vue naturelle des artistes.

En ce qui concerne l’acoustique, quelles sont les caractéristiques particulières de la Royal Academy of Music aujourd’hui et comment les avez-vous obtenues ?

Les murs du théâtre des années 1970 étaient recouverts de moquette, ce qui rendait l’acoustique et l’atmosphère déplorables. Notre objectif était de créer une acoustique intime et sensible qui conviendrait parfaitement à l’opéra et à la comédie musicale en particulier, mais aussi à tous les autres types de spectacles que le théâtre pourrait accueillir. Cette approche nous a permis d’éviter d’avoir recours à des dispositifs acoustiques variables qui auraient dû être installés à l’angle et à la position appropriés pour ajuster l’espace à chaque type de spectacle. En étroite collaboration avec Arup Acoustics, nous avons développé différents types de traitements acoustiques dans les murs bordés de cerises, la façade du balcon et le soffite du balcon. Chacun d’entre eux possède ses propres détails pour harmoniser le son dans toutes les directions. Un travail considérable a été effectué pour s’assurer que ces surfaces étaient correctement inclinées et finies afin de refléter le son naturellement et uniformément vers chaque membre du public et vers la scène, créant ainsi une expérience totalement immersive pour le public.

La capacité de la salle est maintenant de 309 chaises. Quels ont été les principaux défis à relever pour la répartition des sièges ?

Afin d’offrir une meilleure expérience aux artistes, notre objectif était de parvenir à une répartition des sièges aussi équilibrée que possible entre les stalles et le balcon. L’ancien théâtre ne disposait que d’un petit balcon technique le long du mur arrière de l’auditorium, mais en introduisant un niveau de balcon complet, nous avons pu augmenter de 40 % la capacité d’accueil – 182 sièges au niveau des stalles et 127 sièges au niveau du balcon. L’autre défi le plus important dans la distribution des sièges était de s’assurer que nous obtenions d’excellentes lignes de vue depuis tous les sièges, en se basant sur l’exigence d’une vue directe de la scène et du chef d’orchestre dans la fosse d’orchestre. La dalle de béton armé existante jusqu’aux stalles a été conservée, de sorte que l’inclinaison des rangées de sièges au niveau des stalles a été fixée. Cependant, nous avons veillé à ce que les centres des sièges soient décalés entre les rangées afin d’optimiser les lignes de vue.

Dans une salle de concert, quelle est l’importance de la conception d’un siège ?

La conception des sièges est d’une importance capitale en termes d’expérience du public, d’esthétique et de réalisation de l’acoustique souhaitée dans l’espace.

En tant que spectateur, les sièges sont la partie du bâtiment que l’on expérimente le plus en termes de temps passé en contact avec eux. C’est particulièrement vrai dans un théâtre conçu pour l’opéra, où les spectateurs peuvent parfois rester assis pendant plus de quatre heures, de sorte que le confort et le soutien ont été des considérations essentielles.

En termes d’acoustique, les sièges de la Royal Academy of Music devaient être aussi performants, qu’ils soient inoccupés pendant les cours et les répétitions, ou occupés pendant une représentation avec un public complet.

Pourquoi avez-vous choisi ce modèle Figueras (Aida 125) en particulier ? Y avait-il un aspect technique ou fonctionnel que les sièges devaient remplir ?

Nous savions que le choix des sièges serait déterminant pour la réussite globale du projet, et ce fut donc l’une des toutes premières décisions de conception convenues avec le client lorsque le projet a repris après l’obtention du permis de construire.

Avec les principaux membres du client, nous avons visité la salle d’exposition de Figueras pour tester la gamme complète de sièges, en évaluant chacun d’entre eux visuellement mais, plus important encore, en termes de confort.L’Aida 125 a été le choix unanime du client et de l’architecte. Nous savions que le théâtre serait entièrement revêtu de bois de cerisier et il était donc important que le siège choisi ait une finition en bois pour compléter ce décor. Les lignes épurées de l’Aida 125 sont intemporelles, et la courbe douce du dossier en bois crée un rythme qui adoucit la sensation générale de la rangée.

Figueras nous a indiqué qu’il serait possible de teindre les dossiers et les plateaux en bouleau pour qu’ils soient assortis à la finition des murs revêtus de cerisier, et nous devons dire que nous avons été très impressionnés par les résultats qu’ils ont pu obtenir. Le rembourrage rouge et la finition en bois des sièges sont en harmonie avec la finition en bois de cerisier des murs, des sols et du plafond, et l’auditorium devient ainsi un ensemble harmonieusement composé.

En termes d’aspects techniques, nous recherchions une sensation de solidité de la selle, sans grincements ni cliquetis en fonctionnement, et la durabilité était un élément important à prendre en compte. Un autre aspect critique dans le choix de l’Aida 125 était la possibilité d’avoir une assise perforée. Cela signifie que les sièges ont les mêmes performances acoustiques, qu’ils soient occupés ou non.Figueras dispose d’un centre d’essais acoustiques à son siège près de Barcelone.En présence d’Arup Acoustics, nous avons pu tester 16 de nos sièges pour nous assurer qu’ils se comportaient comme prévu avant la fabrication des sièges.

Si la couleur de la sellerie reste traditionnelle dans les centres d’art, le matériau choisi, le faux cuir vinyle, ne l’est certainement pas – qu’est-ce qui vous a poussé à faire ce choix ?

Nous voulions que les sièges soient spéciaux, avec une élégance et un raffinement en accord avec l’atmosphère de l’Académie. Il était également important que le revêtement vieillisse bien.

Nous aimions l’aspect et le toucher du cuir naturel, mais le matériau en similicuir proposé par Figueras était presque impossible à distinguer du véritable cuir, et il était proposé à un prix beaucoup plus compétitif. Nous avons apprécié le fait de pouvoir obtenir la même qualité de finition et le similicuir présente des avantages supplémentaires en termes d’impact sur l’environnement : 25 % de la matière première est produite à partir de contenu recyclé et le tissu fini est recyclable à 90 %.

La couleur choisie est un peu plus vive que le rouge foncé traditionnellement utilisé dans les théâtres. Si cette décision s’explique en partie par le désir de créer une ambiance plus contemporaine dans l’auditorium, elle s’explique aussi en grande partie par le fait que le directeur de la Royal Academy of Music et Ian Ritchie sont tous deux des supporters de longue date du Liverpool FC. Ce rouge était la couleur la plus proche de celle du maillot de l’équipe doublement victorieuse de 1986 de leur club bien-aimé !

PROJETS CONNEXES

Macedonian Philharmonics
Macedonian Philharmonics
Consulat General France
Consulat Général de France
bbva argentina slider
BBVA Francés Auditorium
Jingdezhen Royal Kiln Museum